Tout savoir sur la dermite séborrhéique

dermite sebborrheique visage

La dermite séborrhéique ou dermatite séborrhéique, souvent appelée DS, est une maladie de peau inflammatoire chronique, qui touche principalement le visage et le cuir chevelu. Elle se manifeste par des plaques rouges, des irritations et des squames, localisés sur les zones les plus riches en sébum : ailes du nez, menton, sourcils et zone entre les sourcils, conduits auditifs, cuir chevelu. Comme c’est le cas dans l’eczéma ou le psoriasis, les crises de dermite séborrhéique succèdent à des périodes d’accalmie et provoquent d’intenses démangeaisons.

Comment reconnaître la dermite séborrhéique ?

Non contagieuse, sans gravité, la dermite séborrhéique fait malheureusement partie de ces maladies de peau « affichantes ». Les plaques rouges et les squames grasses et jaunes peuvent en effet être très visibles, donc très gênantes, avec un impact important sur l’image de soi et les relations sociales. Sans parler des démangeaisons ! Le plus souvent occasionnelles, elles peuvent aussi perturber la vie quotidienne. Au premier abord, les manifestations font penser à l’eczéma, à la rosacée et au psoriasis. Mais la DS et le psoriasis sont bien deux maladies différentes, qui peuvent parfois être associées. Dans le cas de la DS, l’inflammation se concentre sur les zones riches en glandes sébacées. Traditionnellement, les sillons nasogéniens, la région inter-sourcilière, le cuir chevelu (pellicules) et les conduits auditifs. Mais on observe très souvent des plaques à la frontière entre le front et les cheveux, au niveau du siège chez les bébés et derrière les oreilles. Dans les cas les plus sévères, les paupières sont également touchées. contagieuse, sans gravité, la dermite séborrhéique fait malheureusement partie de ces maladies de peau « affichantes ». Les plaques rouges et les squames grasses et jaunes peuvent en effet être très visibles, donc très gênantes, avec un impact important sur l’image de soi et les relations sociales. Sans parler des démangeaisons ! Le plus souvent occasionnelles, elles peuvent aussi perturber la vie quotidienne. Au premier abord, les manifestations font penser à l’eczéma, à la rosacée et au psoriasis. Mais la DS et le psoriasis sont bien deux maladies différentes, qui peuvent parfois être associées. Dans le cas de la DS, l’inflammation se concentre sur les zones riches en glandes sébacées. Traditionnellement, les sillons nasogéniens, la région inter-sourcilière, le cuir chevelu (pellicules) et les conduits auditifs. Mais on observe très souvent des plaques à la frontière entre le front et les cheveux, au niveau du siège chez les bébés et derrière les oreilles. Dans les cas les plus sévères, les paupières sont également touchées.

A quel âge peut-on avoir une dermite sébborhéique ?

Assez peu étudiée, la dermite séborrhéique semble assez fréquente, mais les chiffres varient énormément, car la maladie est difficile à diagnostiquer, tant elle est proche d’autres pathologies de peau. La DS est estimée à 1 à 3 % de la population en Tunisie, surtout des hommes entre 30 et 70 ans. Mais les célèbres croûtes de lait du nourrisson sont aussi une forme de DS. Dans tous les cas, si vous soupçonnez une DS, un diagnostic précis doit être établi par un professionnel de santé. 

La dermite séborrhéique du nourrisson

La dermite séborrhéique touche les bébés souvent entre 1 et 3 mois, en général avant 6 mois, mais elle peut aussi se manifester plus tard dans l’enfance. En effet, les croûtes de lait du tout petit sont une forme de DS. Mais la maladie peut aussi toucher le siège et les plis. Cette forme de DS toujours sans gravité disparaît le plus souvent avec l’aide de soins de toilette adaptés. Encore mal expliquée, la DS infantile serait liée à la prolifération de levures sur les zones grasses de la peau et à l’imprégnation des hormones maternelles.

La dermite séborrhéique de l’adulte

La DS commence le plus souvent entre 18 et 40 ans, les hommes sont davantage concernés que les femmes. La sévérité de la DS semble dépendre de facteurs génétiques, du fonctionnement immunitaire, du stress et du climat. Les pellicules, très courantes, sont une forme légère de dermite séborrhéique.

Les facteurs de risques supplémentaires

Les personnes souffrant d’une immunodéficience, notamment du VIH, les malades de Parkinson et ceux qui présentent un syndrome parkinsonien lié à une consommation de neuroleptiques, ainsi que les personnes touchées par le syndrome de Down ont davantage de risque d’avoir une dermite séborrhéique.

Le rôle de Malassezia dans la dermite séborrhéique 

La famille de champignons microscopiques Malassezia est naturellement présente chez tout le monde, sans causer de manifestations particulières. Le sébum constitue un milieu de vie idéal pour cette levure lipophile (qui aime le gras). Mais le processus qui fait que chez certaines personnes, elle déclenche une dermite séborrhéique n’est pas encore bien compris. Beaucoup de spécialistes pensent qu’il s’agit d’une réponse excessive de l’organisme donc d’un trouble immunitaire. D’autres estiment que ces champignons induiraient des modifications du sébum qui provoquerait une inflammation. Malgré tout, il y aurait bien une quantité supérieure de Malassezia furfur, Malassezia globosa et Malassezia restricta chez les personnes touchées, donc une prolifération de ces trois espèces de levure Malassezia.

Les facteurs aggravants

La fréquence des crises et leur sévérité semble aussi impactée par des facteurs psychologiques et environnementaux. La maladie ainsi que toutes les situations de faiblesse immunitaire, le stress, des émotions fortes, une grande fatigue et un manque de sommeil sont souvent cités comme des déclencheurs de crises. Le climat joue aussi un rôle, le froid aggrave la situation, la chaleur et l’humidité (transpiration) également.

Comment se débarrasser de la dermite séborrhéique ?

Comme pour beaucoup de pathologies de peau chroniques, il est difficile de guérir totalement de la dermite séborrhéique. Face à une peau qui desquame (qui « pèle », en langage courant), la réaction la plus courante est d’hydrater les zones touchées avec des produits gras. Dans le cas de la DS (dermite séborrhéique), l’application de produits riches en lipides ne fera qu’accentuer la crise. Il est donc fondamental d’établir un bon diagnostic afin de choisir la routine de soins la plus adaptée.

Hygiène et soins quotidiens du visage

Pour la toilette et l’hydratation du visage, éviter les produits gras et choisir des gammes spécifiquement développées pour la dermite séborrhéique, souvent identifiées par la mention « DS ». Utilisez des gels lavants doux non détergents. Evitez de frotter les zones touchées pour ne pas aggraver la desquamation et l’irritation. Séchez-vous en tamponnant doucement sans vous frictionner.

Shampooings et soins du cuir chevelu

Choisissez un shampooing doux non détergent en fonction de l’importance de vos pellicules et de la présence ou non de plaques squameuses du cuir chevelu. Les shampooings contiennent souvent du zinc pyrithione, du sulfure de sélénium, du soufre ou de l’acide salicylique. Il existe aussi des lotions à laisser agir avant le shampooing. Certains shampooings apaisent aussi les démangeaisons.

Les traitements médicaux de la dermite séborrhéique

Votre médecin peut vous prescrire des antifongiques locaux qui vont lutter contre les levures Malassezia au niveau du visage et du cuir chevelu. Certains prescrivent parfois de la cortisone et des inhibiteurs de la calcineurine. Seul votre médecin ou votre dermatologue peut décider de la meilleure stratégie thérapeutique adaptée à votre cas.

Les produits qui peuvent vous soulager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.